Je ne suis pas une habituée des articles « réflexion ». Souvent, je les garde pour moi (pourtant, j’adore les lire chez les autres). Mais cette question-ci me revient régulièrement : est-ce que le voyage nous change ?

Ma première réponse est un grand OUI.

Bien sûr, le voyage nous change

Parfois, je me retourne sur le chemin parcouru, comme ça, pour voir. Et je m’étonne. Voilà presque 10 ans que je voyage, vraiment. Et combien de choses ont changé depuis.

Pendant toute ma scolarité, plutôt réussie par ailleurs, j’étais persuadée d’être nulle en langues. Les cours de néerlandais et d’anglais étaient ma bête noire, je n’avais pas ce talent-là, c’est tout. J’adorais le français et jamais n’aurais su parler une langue étrangère. Je connaissais bien des règles, mais comment les appliquer en pratique ? A 16 ans, j’ai même pris une semaine de cours intensifs d’anglais à Oxford… pour péniblement sortir un fabuleux « I speak not english », prise de panique, pendant la sortie de fin de cours à la piscine. Bravo.

Et puis, à 25 ans, tout a changé, pendant mon Service Volontaire Européen en Italie. Maintenant, je parle 3 langues couramment et me débrouille dans 2 autres. Au Kenya, j’étais toute folle dès que je pouvais placer un mot de swahili (que j’ai complètement oublié maintenant mais quel plaisir de réussir à « négocier » sur les marchés).

Alors oui, bien sûr, le voyage m’a changée.

Quand j’ai commencé mes études à l’université de Bruxelles, je vivais dans une résidence avec plein d’étudiants. Je n’aimais pas vraiment sortir de ma chambre, de peur de croiser des voisins dans le couloir et de ne pas savoir quoi leur dire. On va dire que j’étais timide.

Et puis, j’ai découvert le couchsurfing. J’ai invité des voyageurs à découvrir Bruxelles, à dormir chez moi, et j’ai dormi chez eux. J’ai organisé des événements couchsurfing pour rencontrer des gens en Italie. J’ai engagé la conversation avec des inconnu(e)s dans des supermarchés pour terminer la soirée à la maison autour de bières belges. En tour du monde, j’ai même toqué aux portes pour demander l’hospitalité.

Alors oui, bien sûr, le voyage m’a changée.

Et puis en fait, quand j’y pense…_BEE6562

Peut-être que non. Peut-être que le voyage nous révèle.

En fait, quand j’y pense, depuis que je suis rentrée de tour du monde, beaucoup de gens m’ont posé la question

« Un voyage comme ça, ça doit changer la vie non ? »

Et chaque fois je réponds

« Non, c’est plutôt le contraire. Ce voyage a renforcé ce en quoi je croyais avant de partir. »

En fait, quand j’y pense, en 2004, à la sortie de l’école secondaire, la psychologue chargée des tests d’orientation a ressorti le questionnaire que j’avais complété à 12 ans. Je voulais être journaliste ou institutrice. J’ai fait des détours. Mais aujourd’hui, je suis blogueuse et professeur de FLE (français langue étrangère). Mes rêves d’enfant ont évolué, mais, à 30 ans, je suis moi.

Et en fait, quand j’y pense, le déclencheur de ce retour à moi-même, c’est le voyage. L’Italie m’a permis de me découvrir, le tour du monde a consolidé mes ambitions et mes convictions. Les voyages, courts ou longs, m’ont montré mes limites et surtout mes capacités.

Alors non, le voyage ne m’a pas changée. Il m’a révélée à moi-même. Il m’a appris ce dont j’avais vraiment envie, ce dont j’étais vraiment capable. Il m’a surtout appris comment tracer mon chemin pour arriver à la destination que j’ai choisie, malgré les obstacles, plutôt que de suivre une autoroute déjà bien empruntée.

Aujourd’hui, je suis sereine quant à mes choix, même s’ils ne sont pas toujours les plus courants ou les plus faciles. Et cette sérénité, ce sentiment, si important, d’être en accord avec soi-même, c’est le voyage qui me l’a appris.Le voyage nous change ?