Le 1 avril, elle part seule pour un tour du monde alternatif, solidaire et écolo. Avec son sac à dos, elle traversera l’Inde, le Népal, l’Australie et la Jamaïque. Le développement durable et la solidarité sont au centre de son projet, l’Alter-Native Trip Project. Elle s’appelle Bénédicte.

blog_trip-web2

1. Raconte-nous ton histoire ?

Je suis une jeune rasta de 28 ans originaire du Congo Brazzaville, et suis issue d’une famille nombreuse et recomposée de 7 enfants. Ma double culture m’a très tôt sensibilisée aux valeurs d’hospitalité, de solidarité et de tolérance. Cyber-militante, je suis passionnée par divers sujets de société : droits de l’homme, lutte contre l’exclusion et la pauvreté, pour la promotion de la diversité et opposée à la fermeture des frontières et à toute forme de racisme.

J’ai un goût prononcé pour l’écrit et les nouveaux médias. J’ai mené plusieurs expériences de bénévolat en France (éducation populaire, action sociale, etc.). Seule une expérience internationale manque à mon parcours. Je suis engagée dans le développement durable à titre professionnel et personnel. Plusieurs séjours en WWOOFing ont transformé mes choix de consommation et ma philosophie de vie durablement : je suis devenue végétarienne, et aujourd’hui je me lance dans un voyage au long cours en solo…

Bénédicte wwoofeuseIl s’agit de mon premier voyage au long cours, qui plus est sur une si longue distance. J’ai jusqu’ici voyagé en France ou des pays frontaliers mais ma soif d’évasion et mon goût pour la découverteme faisaient rêver à des destinations plus lointaines. Je suis adepte des voyages à petit budget où la débrouille est de mise. J’aime être au contact des gens. Sans cette dimension, l’accumulation de kilomètres et la visite de sites touristiques me semblent dérisoires.

Gravitant dans le milieu de la solidarité, j’ai longtemps développé une sorte de complexe en raison d’un manque d’ouverture sur le monde et d’un déracinement. J’ai toujours été fascinée par le nomadisme et attirée par tout ce qui peut se rapporter à un mode de vie alternatif. Malgré mes envies et mes rêves, je me disais que le voyage ce n’était pas pour moi. Pas à la portée de ma petite bourse. Je me suis finalement décidée à passer à l’action du fait d’un sentiment persistant de lassitude, de rencontres marquantes et d’accidents qui font que le vie vacille et ne pourra plus prendre un cours tout à fait normal. Je me suis longtemps identifiée à ces routards ou bourlingueurs, aventuriers qui parcourent le monde en sac à dos de façon autonome et à peu de frais. Aujourd’hui j’ai choisi de passer à l’action et de ne plus vivre par procuration.

 

2. Et l’histoire de l’Alter-native Trip Project ?

Je m’apprête à vivre la plus grand aventure de ma vie. Je vais mener seule à compter du 1er avril 2013 un voyage alternatif, solidaire et écolo de 6 mois en sac à dos, à visée pédagogique et journalistique à travers l’Inde du Nord, le Népal, l’Australie et la Jamaïque.

affiche-web2

A travers ce voyage, il s’agit de promouvoir une alternative au tourisme traditionnel en remettant au centre l’humain et la responsabilité de celui-ci vis à vis de son environnement. Je fais le pari de prouver qu’il est possible de voyager autrement, de voyager mieux avec peu.

Mon voyage est responsable, loin des sentiers battus : au plus près des populations. Positif, il prouve que chacun peut, tel un colibri, être acteur du changement à deux pas de chez lui comme à l’autre bout de la planète. Mon voyage sera ponctué par des expériences de WWOOFing (éco-volontariat au sein de fermes d’agriculture biologique), par des bénévolats au sein d’écoles ou d’orphelinats. Je souhaite également apporter un coup de projecteur sur des actions de terrain porteuses de solutions et d’alternatives, par la publication d’articles et de photos sur un blog dédié à l’aventure.

Les destinations de mon projet  seront des fermes d’agriculture biologique, des écoles, des orphelinats, des ashrams, des éco-villages et des communautés, principalement au sein de zones rurales.

Mon voyage visera à questionner l’idée d’une sobriété heureuse en m’astreignant à un minimum de dépenses et en m’engageant comme WWOOFeuse. Le WWOOFing sera une belle opportunité pour développer ma connaissance de modes de vie alternatifs et de refaire corps avec la nature. L’échange et la rencontre seront au coeur de ce voyage responsable privilégiant l’hébergement chez l’habitant. Je serai en immersion totale avec les populations locales, ceci en partageant leur quotidien. Je souhaite faire donner à voir l’hospitalité et le partage en sollicitant le gîte et le couvert à de parfaits inconnus pour que symboliquement se brisent les frontières entre les peuples (culturelles, sociales, politiques, etc.).Je désire vivre une expérience de solidarité à l’international, tout particulièrement en Asie. Citoyenne du monde, je souhaite par ailleurs valoriser des initiatives locales méconnues qui contribuent à changer le monde. Rastafari humaniste nostalgique de l’époque des sixties, mon périple prendra les contours d’un voyage initiatique et /ou d’un pèlerinage empreint de philosophie et de spiritualité.

Mon voyage sera ponctué par la mise en ligne d’articles (carnets de voyages, portraits, interview, reportages, etc.) sur un blog dédié à l’aventure : www.alter-native-trip-project.org. Les internautes seront informés des nouvelles mises à jour du blog en se connectant à la page facebook du projet, à mon compte twitter ou par l’envoi d’une newsletter. 8 de mes articles (soit 2 par destinations) seront invités sur le portail de mon partenaire Voyageurs du net (VDN) : une communauté rassemblant des blogueurs et professionnels investis dans le tourisme alternatif et responsable. Mes articles seront également relayés sur le portail Kiagi, site des alternatives solidaires et responsables.

A mon retour, je souhaite proposer des projections, une exposition photos ainsi que des ateliers pédagogiques, pour partager et transmettre aux jeunes générations et aux voyageurs sur le départ, les enseignements que cette expérience hors-norme m’aura apportée. Une façon pour moi de sensibiliser au mieux vivre ensemble et de m’engager localement pour une éducation au développement durable. Je suis dans ce cadre soutenue par la ville de Cergy, le Centre d’information jeunesse  du Val d’Oise (CIJ 95), La Coopérative écologiste Ile-de-France, L’association la Case, et EquiTerre Paris.

3. Tu es ambassadrice TWAM. Peux-tu nous en dire plus ?

Je m’engagerai auprès de l’association Travel with a mission du globestoppeur Ludovic Hubler pour encourager les échanges entre les voyageurs au long cours et les structures éducatives locales.logottwam1

Travel with a mission a pour objectif de faciliter à tout public de par le monde l’accès à différentes connaissances, compétences et expériences par la rencontre avec des voyageurs ou des intervenants extérieurs.

TWAM est une association à but non lucratif enregistrée à Nice, France (loi 1901). L’objectif du site Internet interactif TWAM (ouvert le 15 mai à l’occasion d’une soirée de lancement) est, au niveau mondial, de créer un lien entre les personnes désirant partager leurs connaissances et compétences au travers d’animations ou conférencesles Twamers – et celles susceptibles de les accueillir, tous milieux culturels ou sociaux confondus (écoles, universités, hôpitaux, associations…) – les Twamhosts.

S’appuyant sur une dynamique collective, TWAM s’inscrit dans la mouvance Web 2.0 et s’aligne sur les nouvelles technologies de sites comme Facebook, YouTube ou Viadeo. Son fonctionnement de mise en relation est similaire à celui de Couchsurfing.org. La plateforme TWAM a également pour objectif d’aider les Twamers à médiatiser leur parcours et ainsi participer à l’émergence du voyage engagé par la promotion d’initiatives originales ayant un impact positif au sein des communautés à travers le monde.

4. Que penses-tu que t’apporteras le voyage en solo ?

BénédicteJ’ai choisi de me lancer dans cette belle aventure pour sortir de la routine, du train-train quotidien, perdre mes repères et repousser mes limites. Ce voyage est une opportunité incroyable pour satisfaire ma curiosité et ma soif d’évasion en allant à la rencontre d’autres cultures et modes de pensée. Ce voyage est également l’occasion de me donner du temps pour me ressourcer, apprendre à me connaître, m’adonner sur le long terme à ma passion pour l’écriture. Tenter de décrire l’indicible : la beauté de rencontres et de grands espaces ou la cruauté du sort de populations paupérisées.

Il n’y a aucun doute que ce voyage initiatique changera ma vie à  jamais à un point que je ne puisse imaginer. Tout ce que j’attends, c’est ça. Du changement, apprendre à me connaître et apprendre des autres pour adopter à mon tour un mode de vie alternatif.

5. Quel a été ton plus beau voyage ?

C’était en 2004, au Sénégal sur 15 jours à l’occasion du mariage d’une de mes meilleures amies. Un moment très fort et marquant. J’ai été saisie par la beauté de rites traditionnels. J’ai été impressionnée par la Teranga sénégalaise. Au delà du manque de confort, j’ai pris plaisir à partager les repas et à partager la couche d’inconnus qui acceptaient de m’héberger pour la nuit, sans me préoccuper du lendemain. Le temps s’était comme suspendu. J’étais immergée dans un petit village en pleine brousse, les moments de partage et de convivialité, la chaleur, l’exotisme me laissent un souvenir impérissable bien des années après.

6. Raconte-nous une rencontre qui t’a marqué ?

C’était il y a 2 ans dans les Cévennes, lors de mon tout premier WWOOFing chez Christophe et Stéphanie, un couple de maraîchers de Lozère où j’ai ensuite passée plusieurs été de successifs. J’ai vraiment été touchée par leur simplicité, leur philosophie de vie et leurs choix de consommation. Ça été une vraie rencontre humaine, faite de beaucoup d’échange et de partage de savoirs. J’ai beaucoup appris en leur présence. C’est en partie grâce à eux que je me suis convertie au végétarisme et que j’ai décidé de suivre ma bonne étoile coûte que coûte.

  • Je ne me suis pas encore lancée dans le voyages en solo par contre il va falloir sinon je me prive de voyager ! 😉

    • Première règle : ne jamais se priver de voyager 🙂 Tu nous raconteras comment s’est passé ton premier voyage en solo.

Close