Birkenau. Littéralement, le petit bois de bouleau. On pense qu’1,1 millions de personnes y sont mortes. On pense, on ne sait pas exactement. On ne prenait pas la peine d’enregistrer les juifs lorsqu’ils arrivaient ici. 900 000 d’entre eux furent envoyés directement du train à bétail à la chambre à gaz. Pour prendre une douche, on leur disait.

visite Auschwitz-Birkenau - Entrée d'Auschwitz : "Arbeit macht frei"
visite Auschwitz-Birkenau - Mirador d'Auschwitz

On ne visite pas Auschwitz et Birkenau comme un lieu touristique. On prend des photos pour témoigner. Peu se risquent à poser, tiraillés sans doute entre le désir du souvenir et la retenue imposée par le lieu et son passé.

Les groupes de visiteurs se suivent, silencieux. Les guides racontent, pendant 4h, l’histoire, les anecdotes des prisonniers, celles des bourreaux, l’hygiène, les expériences, le quotidien. On ne restait pas longtemps à Birkenau. L’espérance de vie était de 3 mois. 1 semaine si on était juif.

On pouvait exterminer 4400 personnes par jour dans les chambres à gaz, dans lesquelles on déversait du Zyklon B, un pesticide. Le problème, c’était de se débarrasser des corps, la crémation prenant du temps.

visite Auschwitz-Birkenau - Les chambres à gaz de Birkenau

Les 4 chambres à gaz de Birkenau ont toutes été détruites. Le 7 octobre 1944, l’une d’entre elles fut détruite lors d’un soulèvement de 250 prisonniers. Ils savaient qu’ils mourraient, ils ont tenté le tout pour le tout. Les 3 autres furent dynamitées par les nazis pour cacher les traces de leurs crimes.

visite Auschwitz-Birkenau - Camp d'Auschwitz

Dans cette industrialisation de la mort, on ne laisse pas de place aux sentiments humains. Tout est pensé, réfléchi, rationnalisé pour que l’entreprise soit efficace, pour éviter les rébellions, pour contrôler “la marchandise”, pour déshumaniser. On rentabilise à l’extrême. Des milliers de gazés, on ne récupère pas que les effets personnels, entreposés dans les “Canada” (un synonyme d’Eldorado, car on y trouvait des “trésors”, comme des restes de nourriture par exemple). On coupe les cheveux pour en faire de la feutrine, on extrait les dents en or pour les refondre.

visite Auschwitz-Birkenau - Jouets cassés récupérés à Birkenau

visite Auschwitz-Birkenau - Camp d'Auschwitz

Auschwitz servait également de laboratoire. Le docteur Josef Mengele, l’ange de la mort, pratiquait des expériences sur les jumeaux, juifs ou gitans. Dans le Block 10, on tentait des techniques de stérilisation sur les prisonnières.

visite Auschwitz-Birkenau - Le mur des exécutions à Auschwitz

Dans le camp d’Auschwitz I, entre le Block 10, le “laboratoire”, et le Block 11 où l’on torturait les prisonniers récalcitrants, se trouve le “Mur de la mort” où l’on exécutait les prisonniers, dénudés.

On ne visite pas Auschwitz et Birkenau comme un lieu touristique. On se recueille. Devant le petit bois de bouleau.

 

Informations en août 2014
Heures d’ouverture : Le site ouvre à 8h et ferme entre 15h et 19h en fonction de la saison. Attention, Auschwitz 1 n’est accessible qu’avec un guide de 10h à 15h.
Les visites en français (comptez 4h pour les 2 sites) se donnent à 10h45, 12h30 et 13h45 jusqu’en septembre. Plus qu’une seule visite à 12h à partir d’octobre.
Prix : 40 zloty, visite guidée comprise (30 pour les étudiants de – de 26 ans)
Comment s’y rendre : Le musée Auschwitz se trouve dans la ville d’Oświęcim. Le plus simple et le plus économique depuis Cracovie est de prendre le bus, jusqu’à l’entrée du site. Comptez 1h-1h30 de trajet. Il y a des départs réguliers et les tickets s’achètent directement à la gare routière de Cracovie.
Voir le site internet d’Auschwitz-Birkenau (en anglais)

Auschwitz-Birkenau, le petit bois de bouleau
Avis des lecteurs 0 Avis
Close