Patrick et Megan à leur mariage

Quand j’ai débarqué au Québec en septembre pour y vivre un an, j’étais allé à une soirée “invasion” de couchsurfing à Trois Rivières, une ville à mi-distance entre Montréal et la ville de Québec. Une vingtaine de couchsurfeurs s’étaient donnés rendez-vous et nous avions dormi chez une couchsurfeuse dans un village à côté.

C’est là que j’ai rencontré Patrick, jeune homme mince, extraverti, à l’esprit vif et espiègle.

Patrick, un voyageur de la première heure aux multiples facettes

Patrick est un personnage étonnant :

  • parmi les premiers couchsurfeurs lors de la création du site ;
  • il a étudié en Belgique et parle Néerlandais ;
  • il a épousé une américaine (Mégan) et a décidé de s’installer en Australie.

J’aime parler avec lui : il n’a pas sa langue dans sa poche et ses argumentations sont généralement fines, bien construites et sarcastiques en même temps.

Patrick qui "couchsurfe" sur son témoinNous avions une vision différente de couchsurfing : il est du style à accueillir les gens qui voyagent mais ils doivent être autonomes (des backpackers par exemple) alors que je souhaite partager beaucoup de temps avec les personnes que j’accueille. Il avait du mal avec l’évolution de couchsurfing ; j’ai connu cette phase de ras-le-bol lorsque de plus en plus de personnes venaient sur le site pour trouver un logement gratuit sans avoir l’esprit du voyage “alternatif” ou du partage.

De plus en plus, des gens cherchent un logement pour 3-4 amis qui voyagent dans un pays et veulent juste un toit gratuit. J’ai alors mieux compris le sentiment de Patrick face à une évolution qui ne me correspondait pas.

Un mariage pas comme les autres

un mariage pas comme les autres

Au mois d’avril, Megan et Patrick m’ont proposé d’être leur photographe de mariage. On ne s’était vu qu’une dizaine de fois et j’étais vraiment honoré qu’ils pensent à moi. Je ne suis pas forcément à l’aise dans les mariages mais j’ai adoré celui-là : ce fut sans doute le plus improvisé et le plus imprévu que j’ai vécu :

  • un gâteau improviséles anneaux ont été réalisés la veille par Megan, à l’aide d’une sorte de barbecue d’intérieur. Elle s’est rendue compte que l’anneau était trop petit et il a fallu recommencer ;
  • l’un des deux chalets réservés pour l’occasion était occupé par un autre groupe, des amis du propriétaire. Dommage, on avait prévu un jacuzzi ;
  • Megan s’est vu offrir une séance coiffure et maquillage avant son mariage. Elle qui est plutôt artiste-bohème, un moment de franche rigolade ;
  • le gâteau était fait main, mais loin d’être prêt au moment de l’arrivée des convives ;
  • dans la soirée, nous avons plongé pour un bain de minuit avec les mariés et leurs amis proches, tout le monde dans son plus simple appareil.

Au mariage, j’ai également rencontré Louis Dansereau, qui me logera à quelques reprises avant de devenir mon propriétaire lors d’un “Mundus” d’un semestre à Montréal. Mais c’est une autre histoire !

Patrick et Megan vivent maintenant dans la région de Victoria, dans les terres entre Syndey et Melbourne. Le rendez-vous est pris pour début septembre, le mois en Australie va être très chargé !

Plus de photos

[nggallery id=17]

  • Je pense qu’on peut facilement faire le tri parmi les demandes de couchsurfing. Déjà, je n’accueille pas plus d’une personne à la fois, et presque jamais pendant la semaine.

  • jerome

    Il y a effectivement 2 sortes de couchsurfing, et qui ne peuvent être remis en cause : le “dépannage” dont on peut avoir besoin et quand on n’a que peu de temps pour visiter un pays ; les journées sont pleines, on se couche tard et on se lève tôt. Et celui du voyageur qui bouge moins, et/ou qui n’est pas limité dans le temps , ou qui fait un tour du monde. Celui-là peut se permettre de passer plus de temps avec son “hébergeur” . Il suffit en fait que les personnes soient sur la même longueur d’onde !

Close