Vous prévoyez de vivre ou voyager au Chili ou en Amérique du sud et vous souhaitez prendre des cours pour apprendre ou améliorer votre espagnol afin de faciliter votre séjour et les contacts avec les locaux ?

Julie et moi avions contacté plusieurs écoles pour suivre des cours de base en espagnol. L’école ECELA et son partenaire Cactus nous ont répondu rapidement et nous ont offert une semaine de cours gratuits à Santiago, nous laissant libre de commenter notre expérience.

Pourquoi nous avions besoin de cours d’espagnol ?

Nous voyageons pendant trois mois en Amérique du Sud (Chili, Bolivie et Pérou). Nous avons un projet pédagogique avec des écoles et nous aimons rencontrer les “locaux” dans nos voyages ; on nous avait averti que l’anglais n’était pas répandu en Amérique latine ; connaître l’espagnol nous permet d’être potentiellement en contact avec plusieurs centaines de millions de personnes. De plus, nous aimons la culture latine et nous avons plusieurs amis espagnols. Enfin, la langue nous paraît agréable alors pourquoi pas apprendre une nouvelle langue ?

Enfin, c’est une corde de plus à notre arc dans le domaine du travail.

On a voyagé une semaine avec des amis et l’un des deux, Constantin, parlait suffisamment bien espagnol pour qu’il ne soit pas nécessaire pour nous de parler et donc d’apprendre (on se reposait sur lui) mais on a vite compris qu’on serait bloqué dès son départ. C’est clairement nécessaire d’avoir des bases d’espagnol pour communiquer et voyager en Amérique du Sud.

Julie mangeant des fraises dans un camion

Quand on voyage en autostop, il est nécessaire de pouvoir parler un peu en espagnol

Pourquoi avoir choisi ECELA et Cactus ?

Nous avions contacté des écoles qui nous semblaient bien et/ou qui avaient de bonnes références sur internet ; nous n’en connaissions aucune à notre arrivée. Sur internet, ECELA et Cactus semblaient correspondre à nos besoins : travail en petits groupes, qualité d’éducation, infrastructure, localisation, très bonnes références ; et c’est très bien que ce soit celle-là qui nous ait répondu.

Résultats après une semaine de cours

Avant tout, je pense qu’il est nécessaire d’apprendre des bases d’espagnol : quelques mots-clés, les je/tu/il (yo, tu/usted, el/ella, etc.) ; il ne faut pas beaucoup mais une vingtaine ou trentaine de mots de base aident vraiment à bien commencer.

Je n’avais quasiment aucune base au début de la semaine ; j’avais fait trois “leçons” avec un livre. En sortant d’une semaine de cours, je suis capable de conjuguer au présent (j’ai encore besoin de pratique) et surtout, j’ai enrichi mon vocabulaire et ma compréhension de la langue, j’ai pratiqué intensivement pendant 5x4h avec 2-3 personnes du même niveau que moi.

Je suis capable de comprendre la plupart des choses qu’on me dit dans un magasin ou d’exprimer des besoins de base.

Julie, qui parle déjà italien et s’était déjà avancée dans des leçons avec un livre, arrive à tenir une petite conversation générale et à faire une présentation à une classe d’enfants de primaire concernant la Belgique, ainsi qu’à répondre aux questions des enfants ou encore comprendre ce que le dentiste veut m’expliquer.

L’école donne des cours en petit groupe (max. 4 personnes pour moi, max. 6 personnes pour Julie) et les étudiants présents sont volontaires, on est dans cette école par choix et c’est un levier puissant pour nous motiver à apprendre, à faire nos devoirs.julie en cours d'espagnol

Est-ce qu’on recommande l’école ?

1) la qualité des cours

Nous avons vraiment été enchantés par la qualité pédagogique des professeurs. Les cours sont surtout portés sur la conversation, ce qui nous semble l’essentiel lorsqu’on veut apprendre une langue : la pratique de la langue. Les professeurs tentent de ne pas ou peu parler en anglais, même dans les classes débutantes, nous expliquant un mot par une phrase en espagnol, parfois complétée par des mimes.

Les professeurs étaient ponctuels, souriants, motivants et intéressants ; on voit qu’ils prennent plaisir à être en classe.

2) L’ECELA n’est pas qu’une école

Le but d’ECELA n’est pas seulement de nous prodiguer des cours en espagnol. L’école organise chaque jour des activités : sport, visites, activités culturelles (musée, fêtes). Nous avons participé au repas de bienvenue, le barbecue le soir et je suis allé jouer au football.  Même des anciens étudiants, qui vivent encore à Santiago, viennent aux activités. Et je pense que c’est un bon point pour cette école : la rencontre est aisée et les activités facilitent les amitiés.

_BEE2125

Le staff est souriant, compétent, dynamique et disponible ; et à la fin de la semaine, on nous demande d’évaluer l’école, son staff et les professeurs… un bon signe quant à l’envie de proposer un cadre agréable tout s’assurant le but premier : apprendre l’espagnol.

En Conclusion

Lorsqu’on voyage plus ou moins longtemps en Amérique du Sud, ça nous paraît primordial de prendre des cours d’espagnol en immersion. Nous avons essayé avec un livre et nous avons trouvé que c’était certes utile, mais qu’on progressait plus rapidement en immersion.

Nous sommes contents d’avoir pu profiter de ce partenariat avec ECELA et Cactus. Nous n’avions par contre qu’une semaine disponible… il nous semblerait opportun de prendre au moins deux semaines de cours dans une école.

Quelques liens

Close