Il a fait rêver des générations d’enfants, perdus dans les bulles de Tintin et le Temple du Soleil. Qorikancha, c’est comme ça qu’il s’appelle, ce fameux temple du soleil. Littéralement, ça signifie “enceinte d’or“. Lorsque les espagnols ont débarqué à Cusco, le nombril du monde, en 1532, ils ont découvert cet immense temple dédié aux divinités incas comme le soleil, la lune ou la pluie. Les témoignages des conquistadors sont dithyrambiques sur cet édifice entièrement recouvert de plaques d’or.

L’or des Incas

Mais l’or, cause de tant de merveilles et de destruction, n’a pas la même valeur pour la civilisation Inca que pour les sociétés occidentales. Il est le symbole du soleil, comme l’argent est le symbole de sa femme, la lune. Il ne sert qu’à honorer les dieux. L’or est sacré, mais jamais on ne l’utilise comme monnaie, qui n’existe pas pour les Incas. Les céréales ont plus de valeur.

Qorikancha_Cusco_Perou

Quand les espagnols envahissent le site, émerveillés par ce qui représente tant de richesse à leurs yeux, ils font fondre tout l’or des murs pour le battre en monnaie et en bijoux.

Le temple du Soleil devenu couvent

Après la conquête, les conquistadors offrent le temple à l’ordre des frères dominicains, pour le transformer en couvent. C’est étrange de voir ainsi se cotoyer architecture européenne et inca. Une partie du site a en effet été préservée. Mais le Temple du Soleil lui-même est entièrement détruit.

Qorikancha_Cusco_Perou

Le couvent accueille toujours des moines aujourd’hui mais la moitié du site est transformée en musée et ouverte aux visiteurs.

L’art pour évangéliser

Outre les vestiges incas, le musée propose une pinacothèque, une gallerie d’art religieux. En effet, face à une population largement illettrée, l’art et la peinture était souvent utilisée à des fins d’évangélisation, pour raconter la vie de Jésus, de Marie ou des saints chrétiens.

Je ne suis pas vraiment versée dans l’art religieux mais quelques oeuvres retiennent mon attention, comme cette statue de la Vierge Marie enceinte, très rarement représentée dans l’art européen, ou encore cette série de tableaux représentant la vie de Marie (à nouveau) dans laquelle on la voit donner le sein à Jésus pendant la fuite vers l’Egypte ou assister à la circoncision de son fils, giclettes de sang à l’appui.

Dans un autre registre, l’étage propose des expositions d’art contemporain et de photographies.

Suivez le guide

Malheureusement, le musée, bien que très intéressant, manque cruellement d’explications. Alors je butine de guide en guide. Je me rends même compte, après avoir innocemment écouté l’un d’eux pendant 5 min, qu’il parle en fait en portugais mais que je comprends ces explications. La magie de l’apprentissage des langues pendant un tour du monde.

C’est ainsi, en suivant des groupes, que je glane de précieuses informations, l’oreille aux aguets. Que j’apprend par exemple comment tiennent les constructions incas, sans ciment et sans mortier. J’explique ça (entre autres) aux enfants qui nous suivent sur Raconte un Monde, je vous laisse découvrir.

Comment accéder à Qorikancha ? Qorikancha est situé sur la Plazoleta de Santo Domingo, à 2 blocs de la Plaza de Armas. Descendez l’Avenida del Sol et vous y arriverez, sur votre gauche.
Heures d’ouverture ? Du ludni au samedi de 8h30 à 17h30 et le dimanche de 14h à 17h.
Combien coûte l’entrée à Qorikancha ? L’entrée au site coûte 10 Soles. A l’entrée, vous trouverez facilement des guides qui vous proposeront leur service si vous le désirez. Je n’en connais pas les prix.
Voir le site web de Qorikancha
Close