cuisine bolivienne

Avant un voyage en Bolivie, l’idée reçue la plus répandue sur les découvertes qu’y feront nos papilles gustatives, c’est souvent celle-là :

“La cuisine bolivienne n’est pas particulièrement variée ni intéressante” Le Routard

Pour les gourmand-e-s comme moi, c’est prometteur, et ça donne envie de lorgner dans l’assiette du voisin péruvien, bien plus réputé. Mais ça, pour moi, c’était avant.

Les marchés, le coeur de la gastronomie bolivienne

Parce que oui, lorsqu’on s’arrête aux restaurants locaux, le menu se limite souvent à un choix cornélien entre poulet frit et poulet pané (la fameuse milanese de pollo). Folichon. Alors le réflexe nous vient rapidement, à l’arrivée dans une nouvelle ville :

“Donde esta el mercado central ?” Où se trouve le marché central ?

 

cuisine bolivienne

Le rayon “jus de fruits frais” du marché de Sucre

Parce que oui, c’est là, au coeur du marché, qu’on trouve la vraie cuisine bolivienne, celle variée et savoureuse, celle servie avec le sourire, celle qu’on mange autour de grandes tables avec des boliviens qui vous appellent “mamita” et vous souhaitent la bienvenue.

Mes plats préférés en Bolivie

Au fil des marchés, qui proposent souvent des spécialités régionales, je découvre une cuisine bolivienne de tradition, des recettes qu’étrangement, je ne retrouve pas sur les sites francophones abordant le sujet. Et pourtant, la plupart font partie des plats que j’ai préférés pendant mon séjour.

La sopa de mani

Traduction littérale : soupe de cacahuète. C’est l’entrée typique du repas du dimanche à Cochabamba : les cacahuètes broyées forment une sorte de pâte octueuse, base de la préparation de la soupe à laquelle on ajoute selon les goûts du bouillon, des légumes (carottes, oignons,…), de la viande (agneau, boeuf ou poulet) et des épices comme du curcuma. Avant d’être servie, la soupe est saupoudrée de persil et d’une sorte de frites de pomme de terre très fines et croustillantes.

Cuisine bolivienne

Michel goûte sa première sopa de mani à Cochabamba, sur la Cancha, l’un des plus grands marchés boliviens.

Le saice

Plat de viande de boeuf, coupée très finement, et cuite avec des oignons, des tomates, des petits pois et du piment. La région de Tarija est particulièrement réputée pour son saice. Les épices rappellent celle de la merguez, accompagnée d’une sauce tomatée.

La picana

C’est le repas traditionnel de Noël en Bolivie : un bouillon légèrement pimenté de poulet, de boeuf, d’agneau (délicieux en Bolivie), de carottes, d’oignons et de navets, rehaussé d’herbes aromatiques, arrosés d’un verre de vin et d’un verre de bière et accompagné de maïs aromatisé à l’anis.

Les albóndigas boliviennes

Les albóndigas sont des boulettes de viande hâchée mélangées à du pain (ou de la farine de maïs), des oeufs, des oignons, des tomates, du fromage, du persil et des épices. Elles sont souvent servies en jus, accompagnées de riz ou de pommes de terre.

Les rellenos de papa

Nous les avons découvertes dans les montagnes pendant notre trajet en train entre Sucre et Potosi, avec Géraldine et Robin, les belges du World Music Tour. Une dame dans un village les vendait à 1,5 bolivianos (on va arrondir à 18 centimes d’euros) et on ne s’est pas privés. Les rellenos de papa sont des boulettes de pommes de terre, réduites en purée et passées à la friture, au centre desquelles on trouve de la viande hâchée, des légumes, des raisins secs et des épices.

Tout ça n’est qu’une sélection de mes plats préférés. Parce que la cuisine bolivienne, c’est aussi le pique macho, le picante de pollo, les anticuchos, l’arvejada, le falso conejo, les salteñas,… Qui a dit que la cuisine bolivienne n’était pas variée ?

Cuisine bolivienne

Sur le bord de la route, on tente les anticuchos, des brochettes de coeur de boeuf.

Et au petit déjeuner, de l’api bien fumant

L’api, c’est ma grande découverte bolivienne, la boisson traditionnelle du petit-déjeuner dans les Andes. A base de farine de maïs mauve, de canelle et de clous de girofles, l’api rappelle le vin chaud mais sans alcool et avec la consistance d’un chocolat chaud. J’ai trouvé ça délicieux et j’en ai oublié le café du matin. Du coup, je me trimballe un demi-kilo de farine de maïs mauve pour tester ça à mon retour en Belgique et vous confier la recette (on verra si ça fonctionne aussi avec de la farine de maïs jaune). Et pour accompagner ça, vous aurez droit à des beignets, au fromage ou nature. Ca vous tient au corps.

Du coup, toutes ces bonnes choses m’ont donné envie de relever un défi personnel pour 2015 et le retour en Belgique : vous proposez régulièrement la recette d’un plat typique de l’un des pays traversés, si nécessaire adapté aux produits locaux de mon plat pays. Il va falloir que je trouve une cuisine pour m’héberger. Aux fourneaux !!!

Cuisine bolivienne

Un petit api et des beignets pour bien commencer la journée à Totora avec Géraldine et Robin

 

  • Je ne connais pas du tout la cuisine bolivienne mais il y a une cuisine qui m’a bien surprise : la cuisine mexicaine ! Très épicée mais tellement bon !

Close