Il ne reste que deux heures avant le coucher du soleil. Nous déambulons dans la rue qui traverse Totora. Une guesthouse à droite : nous demandons les prix. On a entendu parler d’un camping ; Géraldine et Robin partent à sa recherche tandis que Julie et moi restons à garder les sacs. Quelques villageois passent : des enfants, des personnes plus âgées, une personne bien sympathique et quelque peu ennivrée.

Au bout de dix ou peut-être quinze minutes, les silhouettes de nos amis réapparaissent. Pas de camping en vue, nous ne sommes pas certains de pouvoir trouver un coin tranquille où poser la tente. Nous décidons de continuer nos recherches dans le coeur du village lorsqu’une vieille dame nous interpelle en espagnol :

Vous pouvez vous mettre sur la place du marché ou sur la place du village. Attendez, je vais vous guider. Vous n’êtes pas les premiers à dormir là. C’est tranquille ici, vous n’aurez pas de problème. Il n’y a pas de voleur dans ce village.

On regarde la place en pente. Je propose d’aller voir la place du village avec Géraldine (ou Robin ? ma mémoire me fait défaut). Très mignonne, quasiment identique à ce qu’on retrouve dans la plupart des villages boliviens : des petits jardins clôturés et coupées par des allées. Les bancs longent et traversent la place pour permettre aux badauds et locaux de bavarder et de profiter de l’espace. Le kiosque est magnifique et éclairé de toute part, ce qui le rend impensable pour une bonne nuit de sommeil et la sensation de planter la tente sur la place du village est aussi suréaliste que de la planter sur la Grand Place de Bruxelles.

mettre sa tente sur la place du marché du village de Totora

le pont de la place du marché de Totora

Le petit pipi du matin pour Robin, toilette en pleine nature

On installe alors nos tentes sur la place du marché, recevant souvent des “bonsoir” des habitants passant par là . Après un repas deux services (soupe copieuse et plats viande, riz et patates) à 10 BOB, nous passons par un “paki” pour acheter une bouteille de vin et revoir la place du village. Une chaussure et un mur à la place d’un ouvre-bouteille ; la nature à côté du pont pour toilettes, j’appréhende la nuit fraîche qui s’annonce.

Totora et l’API au déjeuner

Réveil avec le soleil du matin. Nous avons passé une bonne nuit. Les pieds et la tête en dehors de la tente, nous répondons aux “Bonjour, vous avez bien dormi ?” que nous lancent les villageois à l’approche de notre campement. Ils sont curieux, ils prennent le temps de bavarder avec nous et de nous conseiller sur les coins où nous balader. Certains nous racontent les précédentes visites de voyageurs dans leur village et d’une personne qui est finalement restée un mois. Vers le 26 janvier, et pendant un mois, c’est la période des mariages : tous les jours, le village célèbre des mariages et tout le monde est invité à venir manger gratuitement ; la région est à la fête.

Ce matin de décembre, la bourgade est calme, presque silencieuse. Il faut se rendre au début dans la rue principale pour trouver un petit déjeuner, quelques camions passent lentement et soulèvent un peu de poussière de terre sur le chemin. On mange des beignets baignés dans l’huile bouillante et nous buvons l’API, une boisson chaude à base de farine de maïs mauve, de clous de girofle et de canelle (lire la recette de l’api).

Robin et Géraldine profite du déjeuner et de l'API à Totora

Robin et Géraldine profite du déjeuner et de l’API à Totora

La boisson chaude réveille nos corps et nous sommes enfin prêt à visiter le village de jour.

Totora, village de style colonial et ses alentours d’eucalyptus

A la sortie du village, les maisons deviennent plus rudimentaires. Nous suivons une bolivienne et sa chèvre et, en nous éloignant un peu, nous tombons sur un petit pont et quelques arbres, une belle demeure avec une antenne satellite de 2m de diamètre… L’endroit est paisible et parfait pour planter sa tente en pleine nature. Les Eucalyptus nous entourent (nous prendrons d’ailleurs quelques feuilles pour parfumer le linge dans notre sac).

les eucalyptus et la rivière de Totora

La ville a connu un tremblement de terre en 1998 et elle panse encore, çi et là, les cicatrices du désastre naturel.

En période pluvieuse, une rivière doit s’écouler autour du village mais là, elle est à sec. Cela fait du bien de sortir d’une grosse ville, les gens prennent le temps de parler et de nous conseiller, nous pouvons voir comment la coca est entreposée (les feuilles sont utilisées pour soigner le mal des hauteurs en Bolivie).

Après un repas bouratif, nous reprenons la route pour Sucre. Comme il n’y a pas de bus ce jour-là, nous en prenons un jusqu’à Aiquile puis passons de nombreuses heures à faire du stop avant de finir sur des matelas à l’arrière d’un camion à contempler les étoiles pendant cinq heures (et moi à dormir la moitié du chemin). Mais ça, c’est une autre histoire…

Avez-vous aimé ? Y êtes-vous allé(e) ou cela vous donne-t-il envie de visiter le village ?
Commentez et partagez vos expériences !

Comment aller à Totora

Totora est un village dans le département de Cochabamba. Vous pouvez atteindre le village depuis la ville de Cochabamba (bus ou mini-van) ou de Sucre (bus)

en bus

Totora est traversée par quelques bus par semaine, qui vont de Cochabamba à Sucre. Ils partent du terminal de bus de Cochabamba sur l’avenue Ayacucho.

en mini-bus

Des minis-vans partent de Cochabamba pour Totora, à l’angle de l’avenida 6 de Agosto et de Republica.

Le transport part quand il est plein et coûte entre 20 et 30 BOB par personne (on n’est plus certains). Il y a des petits magasins et des vendeurs de fruits dans les rues avoisinantes donc vous pouvez arriver, prendre vos tickets puis acheter à boire et à manger avant de partir.

Où dormir à Totora ?

Outre mettre sa tente sur la place du village (ou un peu plus loin dans la nature), il y a un hôtel qui coûte 25-35 BOB / personne. Il se trouve au bout de la rue principale, avant le tournant sur la droite.

Où manger à Totora ?

A l’Hôtel, il y a aussi un restaurant où vous pouvez manger le midi et le soir pour 10-15 BOB. Le petit déjeuner dans la rue revenait à 5-7 BOB (deux beignets et une boisson chaude). Il y a également des vendeurs de fruits et légumes dans la rue.

  • Génial j’ai ma copine en Bolivie c loin de la Paz? J’aimerais bien aller voir ce village…

Close