Apprendre l’espagnol, c’était un de nos défis avant de partir. Ben oui, avec 3 mois en Amérique du Sud (et pas au Brésil), c’était un peu utile. Assimil, Duolingo, cours d’espagnol en immersion, on a tenté plusieurs méthodes. Hablas español ? Suivez le guide.

Pourquoi apprendre l’espagnol ?

Quand on a décidé d’inclure l’Amérique du Sud dans notre tour du monde (décision très facile à prendre), on n’a pas hésité une seule seconde à apprendre l’espagnol (avec plus ou moins d’assiduité). Pourquoi ? L’espagnol est la 2ème langue la plus parlée au monde (après le mandarin et avant l’anglais). Du coup, ça vaut peut-être la peine de la connaître un peu.

Si, partout ailleurs, on a pu se débrouiller avec l’anglais (bien que ce ne soit pas fameux fameux en Asie du Sud-Est), en Amérique du Sud, la proportion d’anglophones est un tantinet mince. Et comme on aime parler avec les locaux, on n’avait pas vraiment le choix.

Julie mangeant des fraises dans un camion

Quand on voyage en autostop, il est nécessaire de pouvoir parler un peu en espagnol

Et puis, l’espagnol, c’est joli, c’est chantant, et c’est assez facile à apprendre, surtout quand on est francophone (et encore plus quand on parle italien). Le seul bémol pour moi, c’est que ça a complètement foutu en l’air mon italien. Je me suis retrouvée sans voix devant chaque italien que j’ai rencontré au Chili. De quoi me faire enrager car j’adoooore cette langue.

Apprendre l’espagnol, c’est bien, mais comment ?

Heu…ben, comme toutes les autres langues. Par la pratique. Pour l’espagnol, on a multiplié les canaux, avec, comme point d’orgue, une semaine de cours intensifs à Ecela à Santiago de Chili. Récapitulatif des moyens d’apprendre une langue.

Méthodes de langue

Généralement, les méthodes de langue sont constituées d’un livre avec des textes, des exercices et des explications grammaticales et d’un cd pour écouter des dialogues. C’est très complet et, avec une pratique régulière, vous atteignez vite un niveau autonome de communication. L’avantage, c’est que vous pratiquez quand vous le souhaitez.

Il en existe de nombreuses : Berlitz, Harrap’s, L’espagnol pour les nuls, L’espagnol en 5 minutes, L’espagnol tout de suite,… et on en passe. Chacun choisit sa méthode préférée en fonction de ses modes d’apprentissage. Pour ma part, je suis une grande fan de la méthode Assimil.

Cette méthode est basée sur la façon dont les enfants assimilent leur langue maternelle. Il n’y a donc pas vraiment de cours de grammaire ou de vocabulaire. Chaque jour, on écoute un texte et on lit sa traduction. C’est parfait pour moi qui suis justement incapable d’utiliser correctement une grammaire apprise dans des tables de conjugaison. Là, on assimile des expressions et des constructions de phrases du quotidien. Et l’écoute quotidienne forme vraiment l’oreille à la compréhension de la langue (d’autant que des accents différents sont représentés). C’est avec Assimil que j’ai appris l’italien et le néerlandais (que je ne suis plus capable de parler maintenant, mais à l’époque, je me débrouillais bien), et que j’ai acquis des bases en swahili (et que je compte apprendre l’arménien et l’arabe mais, heu… pour l’instant, les alphabets étrangers me font encore un peu peur). Oui, je suis fan.

C’est donc tout naturellement qu’on s’est tournés vers l’Assimil avant d’arriver en Amérique du Sud. 2 mois avant, en Australie, nous avons commencé les leçons en chargeant les audios sur mon mp3 et les pdf sur le smartphone. Bon, par contre, pour l’assiduité, on aurait pu faire mieux. C’est le léger problème des méthodes de langue. On est livré à nous-même et, on a beau être hyper motivé et trouver ça super amusant les 2 premières semaines, à un moment, on s’essouffle.

En Australie, pour me motiver, je cherchais des endroits comme celui-là pour écouter mes leçons d'espagnol.

En Australie, pour me motiver, je cherchais des endroits comme celui-là pour écouter mes leçons d’espagnol.

Autre bémol : le prix. Une bonne méthode revient vite à 50-70€. Mais généralement, vous pouvez aussi les trouver en bibliothèque (j’emprunte les miens à la Médiathèque du Passage 44 à Bruxelles).

Applications et sites en ligne

Là aussi, vous trouverez plein d’applications et de sites en ligne pour apprendre l’espagnol : Babbel, Nemo, Mosalingua,… La plupart propose des exercices gratuits. Nous avons essayé Duolingo, parce qu’elle était gratuite et accessible hors-ligne (il faut se connecter à chaque niveau pour que l’application télécharge le niveau suivant).

A nouveau, l’avantage, c’est que vous pratiquez quand vous le souhaitez. C’est en plus très ludique, sous formes d’exercices et de petits jeux, avec des images,…

Pour moi, c’était surtout un complément, quand j’avais un peu de temps libre mais pas la motivation de me lancer dans une leçon. C’est très bien pour les bases mais je ne m’imagine pas apprendre une langue avec une application.

Cours de langue en immersion

Quand nous sommes arrivés à Santiago de Chili, nous avons été invités par l’école de langue Ecela à essayer leurs cours pendant une semaine. On vous racontait ça en détail dans l’article Prendre des cours d’espagnol au Chili.

On a vraiment adoré cette semaine. L’avantage des cours de langue en immersion, c’est évidemment qu’on progresse très vite (avec 4h de cours/jour, forcément). Généralement, les écoles mettent aussi l’accent sur l’oralité, le plus important finalement quand on apprend une langue. Dans mon cas, tous les matins, nous commencions avec 2h de conversation guidée. La professeur nous donnait des sujets pour alimenter la conversation et éclaircissait parfois un point de grammaire ou de vocabulaire.

_BEE2192

Les cours en immersion sont probablement le meilleur moyen d’apprendre une langue (d’autant qu’étant dans un pays hispanophone, on pouvait facilement exercer l’après-midi ce qu’on avait appris le matin). Mais évidemment, c’est aussi le plus cher. Ecela, par exemple, revient à 300$/semaine de cours en groupe.

Quelques conseils pour apprendre vite l’espagnol (ou n’importe quelle langue)

Les cours, c’est cool. Mais il y a plein d’autres trucs pour progresser vite dans une langue. Par exemple, vous connaissez Benny de Fluent in 3 months ? Lui, il a carrément fait de l’apprentissage des langues son métier. Et ils donnent plein de trucs sur son blog (en anglais) pour devenir polyglotte et parler couramment. Et pourtant, comme moi, à l’école, il était l’élève-pas-doué-en-langues (du genre qui étudie du néerlandais pendant 13 ans – oui oui, 13 ans – sans être capable de le parler).

En Amérique du Sud, apprendre l’espagnol a été un peu plus facile pour moi que pour Michel. Avant tout parce que je parlais déjà l’italien. Mais aussi parce que j’avais tout simplement déjà appris une autre langue en immersion. Du coup, je me suis rendue compte que j’appliquais inconsciemment certains trucs pour faciliter le processus. Comme tout bêtement, lire tous les panneaux publicitaires que je rencontrais. C’est facile, c’est sous nos yeux, et c’est souvent du langage usuel qu’on peut facilement ressortir dans la vie quotidienne.

Des panneaux publicitaires, il y en a partout. Même dans le désert.

Des panneaux publicitaires, il y en a partout. Même dans le désert.

Soyez en contact quotidien avec la langue et multipliez les canaux

Quand on apprend une langue, notre cerveau a besoin d’être le plus possible en contact avec celle-ci. Mais ça passe par de nombreux médias différents. Si vous n’avez pas le temps/le courage/la motivation pour faire un cours tous les jours, trouvez des parades : relisez votre roman préféré en espagnol, écoutez les albums de Calle 13 ou regardez un film en VO sous-titré (comme Machuca, par exemple, un joli film sur l’histoire du Chili). Faites-vous plaisir.

En intégrant la langue dans vos loisirs, vous serez plus détendu. Et sans que ce ne soit une étude active, vous développez votre oreille et votre compréhension à la lecture, en intégrant en plus du vocabulaire et des tournures de phrases usuelles. J’ai beau avoir eu des cours d’anglais à l’école, c’est quand j’ai commencé à regarder le Seigneur des Anneaux et puis des séries en version originale que j’ai vraiment amélioré mon niveau.

Si vous aimez les séries à l’eau de rose, genre Les feux de l’amour ou Plus belle la vie (ou au moins, si ça vous fait rire), apprendre l’espagnol sera super facile. En Amérique du Sud, ils sont les rois du soap-opera et vous aurez l’embarras du choix : Corazón indomable, Pura Sangre, Patito Feo,… Des heures d’espagnol en perspective.

Je vous conseille aussi l’article de NowMadNow, Apprendre une langue étrangère : pas comme à l’école !, dans lequel elle vous donne ses astuces favorites pour apprendre les langues.

Parlez, parlez et parlez encore

Une langue sert à communiquer. C’est con et évident hein ? Ben oui, mais ça a été un des plus grands enseignements de mon année en SVE en Italie. Le but premier d’une langue, c’est de comprendre et de se faire comprendre. Le reste, on s’en fout. Vous faites des fautes ? On s’en fout. Evidemment, mieux on parle, plus c’est facile, mais ce n’est pas l’essentiel. Et c’est en parlant qu’on devient parleur. Donc, décomplexez-vous et lancez-vous. Parlez le plus possible. A la réception de l’hôtel, au supermarché, dans le bus, avec vos hôtes couchsurfeurs,… Et pas seulement en répondant oui ou non. Faites le maximum de phrases complètes. Posez des questions, insérez-vous dans les conversations,…

Et rien ne vous empêche de parler espagnol avec votre compagnon de voyage. Oui, vous ferez des erreurs mais vous vous habituerez à parler et ce sera plus facile lorsque vous serez face à un hispanophone. Avec mon coloc francophone à Bruxelles, pendant nos études, nous avions décidé de ne parler que néerlandais ensemble du lundi au vendredi de 8h à 18h. En Italie, nous ne parlions qu’italien à la maison. Avec une espagnole, une allemande et une belge néerlandophone, notre italien était certainement très coloré. Mais peu importe, on parlait.

Nous avions accueilli Felipe et Pamela à Bruxelles pendant leur tour du monde. Un an plus tard, nous avons pu exercer notre espagnol avec eux autour d'un barbecue à Santiago. Le couchsurfing, c'est un très bon moyen de pratiquer les langues.

Nous avions accueilli Felipe et Pamela à Bruxelles pendant leur tour du monde.
Un an plus tard, nous avons pu exercer notre espagnol avec eux autour d’un barbecue à Santiago. Le couchsurfing, c’est un très bon moyen de pratiquer les langues.

Et si vous n’êtes pas encore partis, il y a des solutions aussi. Accueillez des couchsurfeurs d’Amérique du Sud. Vous pourrez pratiquer votre espagnol et recevoir des conseils sur votre destination. Faites un tandem linguistique et/ou aller à des tables de conversation. C’est plus facile en ville évidemment, mais si vous n’avez pas ces opportunités près de chez vous, faites-le en ligne. Trouvez-vous un correspondant, organisez des rendez-vous sur Skype,… les possibilités sont multiples.

Bref, lancez-vous.

  • Felicidades, por aprobar su aprendizaje del español.

  • Gracias pero para mio, esta todavia un poco difficile de hablar sin problema

  • Esta noche vamos a hablar espanol con Michel!

  • Muy bien Bénédicte, aprendo cuendo estaba a la scuela chez les soeurs……. pas toi ?!!!!!!

  • Felicidades!

  • c’est pour toi Quentin 🙂

  • bravo !

  • Been living near in Bruxelles for awhile with Juli Vidal and these are by far the nicest people we’ve met here.

  • Soyez toujours bienvenus au Chili!!!

  • Merci Ingrid.

  • J’étais aussi incapable de retenir la moindre notion de néerlandais malgré 14 ans de cours… Honte à moi. Par contre en 6mois de temps, j’ai fais des bons prodigieux en anglais!
    Bon séjour en Amérique du Sud!

  • Je vais aller en cours d’espagnol au Mexique cet été et j’espère en apprendre énormément! c’est sympa de s’être fait invité pour une semaine, ça permet d’économiser de l’argent!! J’ai vraiment hâte d’y être!

Close