masse critique à Bruxelles : la vélorution du 12 juillet

La vélorution ou plutôt les collectifs vélorution promeuvent le vélo comme mode de déplacement plus convivial et non-polluant en ville, comparé à la voiture ou encore la moto.

Du 9 au 12 juillet, la vélorution universelle était organisée à Bruxelles : un rassemblement de cyclistes bruxellois mais pas uniquement: les habitants de Belgique et d’autres pays d’Europe s’étaient donné rendez-vous dans la capitale de l’Europe, avec une “masse critique” le 11 juillet, à partir de 15h au parc du Cinquantenaire. Nous y étions 🙂

Libérez
les piétons
enfermés dans leur voiture !

la vélorution du 11 juillet 2015 à Bruxelles

La masse critique de la vélorution à Bruxelles, le 11 juillet 2015

La révolution des vélos dans la capitale de l’Europe profitait d’un beau soleil d’été et des cœurs à la fête. Grimés comme des indiens (ou dans le cas de Julie, en indienne déguisée en espion pirate), plus d’un millier de personnes ont déambulé à Bruxelles, démarrant du parc du Cinquantenaire et passant par la petite ceinture, la Porte de Namur, Flagey, le bois de la Cambre,  la Porteuse d’eau (barrière de Saint-Gilles), la gare du Midi et enfin Tour et Taxi.

masse critique à Bruxelles : la vélorution du 11 juillet 2015

L’humeur était à la fête et il était intéressant de voir la réaction des automobilistes : certains le prenaient avec humour, l’un a même plaisanté, “je suis un cycliste déguisé (en automobiliste aujourd’hui)” ; d’autres s’impatientaient et quelques-uns s’énervaient. Je n’ai pas vu beaucoup d’incidents mais certains conducteurs, énervés, ont tenté de forcer le passage (feraient-ils cela si c’était une manifestation pédestre ?). On voyait l’expérience des cyclistes : un se mettait en travers, puis 2 puis 3 pour empêcher la voiture de passer et de risquer de blesser les autres participants. Et un mec avec un haut parleur disant d’une voix calme mais ferme :

Tous les jours, le pétrole tue. Tous les jours, le pétrole tue. Tous les jours, le pétrole tue pour ta bagnole.

Message fort de conscientisation, non seulement sur l’impact climatique mais également humain (conditions de travail VS intérêts économiques).

Ces nombreux kilomètres nous ont donné soif : direction le centre ville de Bruxelles, récemment devenu piétonnier, pour une soirée avec Mimi (rencontrée au Cambodge) et Attilio à vélo (blogueur cycliste), avec des bières belges pour nous rafraîchir évidemment !

Quel est le concept de la masse critique ? Comment est-ce apparu ?

En discutant autour de moi et en allant voir sur la source d’information facile (wikipedia), la première masse critique de vélos viendrait de Suède dans les années 70 mais ce n’est véritablement qu’en 1992 que le mouvement naîtra dans sa forme actuelle : une première masse critique avait été organisée à San Fransisco et le véhicule du maire avait été bloqué dans le trafic. Il a décidé de faire interdire cette masse critique de vélo et c’est comme cela qu’une bataille médiatique a commencé entre le maire et les citoyens-cyclistes. Et que ce mouvement s’est répandu à travers le monde.

Le concept de la masse critique

La masse critique ou coïncidence organisée est la rencontre de cyclistes en un lieu donné et à un moment donné de manière “fortuite”, le dernier vendredi du mois ; un peu comme les vacanciers qui se retrouvent chaque année, ensemble, dans les bouchons. Les cyclistes vont décider de prendre la route et de se balader. Souvent, l’itinéraire n’est pas prédéfini, vu qu’il n’y a pas d’organisation derrière cette rencontre spontanée ; c’est une balade et les cyclistes en avant du peloton décideront du chemin.

Plus le groupe est nombreux, plus il obligera le reste du trafic à suivre le rythme. Dit autrement, la masse de vélos va contraindre les voitures à ralentir et à faire attention aux autres usagers de la route.

Les revendications de la masse critique (à Bruxelles) et leurs effets concrets

Parmi les buts décrits par “Place O Vélo” :

  • Augmenter le nombre de cyclistes dans les villes.
  • Militer pour plus d’aménagements pour les cyclistes.
  • Créer un espace sans voiture dans le centre de leur propre ville.
  • Créer une vision ou une expérience d’un futur possible.
  • ou encore admirer les autres vélos, les habits, s’amuser, etc.

Si une partie du centre ville de Bruxelles est aujourd’hui un piétonnier, il aura fallu des années et de nombreuses manifestations citoyennes dont un événement qui a fait grand bruit : il y a trois ans, le 10 juin 2012, des citoyens bruxellois s’étaient rassemblés à la Bourse (à côté de la Grand Place) pour bloquer le carrefour et organiser un pique-nique, une désobéissance civile qui avait été proposée par le philosophe Philippe Van Parijs (aussi ardent défenseur de l’allocation universelle ou revenu inconditionnel mais c’est une autre histoire).

De même, ces dernières années, on a pu constater davantage de pistes cyclables, d’aménagements (comme la possibilité de tourner à droite au feu rouge ou les zones “vélo” devant les voitures aux feux… même si les motos s’approprient souvent cette zone) et des itinéraires pour guider les cyclistes à se déplacer vers des points importants de la ville via les petites rues, en les éloignant des grands axes et du trafic.

Les masses critiques et masses critiques géantes sont donc un rappel aux politiques des besoins d’aménagement d’espaces et de routes pensés en faveur des usagers faibles. Et l’occasion de rencontrer d’autres citoyens d’une ville qui s’activent à proposer une autre vision de l’aménagement du territoire et de la convivialité en ville.

Y-a-t-il une Masse Critique à Bruxelles ? Paris ? Montréal ?

Masse critique en Belgique

Les masses critiques ont lieu chaque dernier vendredi du mois à Bruxelles. C’est un mouvement citoyen qui veut promouvoir le vélo en ville et alerter les pouvoirs publics face aux problèmes de sécurité dont sont victimes les cyclistes, dus à des usagers motorisés qui ne prennent pas conscience qu’il y a d’autres usagers de la route (cyclistes mais aussi cavaliers, skateurs, etc.) et à des aménagements routiers non-adaptés à la réalité des cyclistes.

Vous trouvez toutes les informations sur la masse critique à Bruxelles sur le site de Placeovelo. Il y a apparemment des masses critiques également à Liège, Gand, Anvers, etc.

Masse critique dans le monde

Une liste sur wikia (en anglais) reprend l’ensemble des lieux dans le monde où a lieu la masse critique, avec souvent un lien qui renvoie vers un site propre qui donne plus d’information pour chaque ville.

Alors si vous aimez vous balader à vélo, si vous voulez plus d’aménagements pour les vélos ou si vous trouvez qu’il n’est pas suffisamment sûr de rouler à vélo dans votre ville, vous pouvez rejoindre ces réunions de socialisation aux balades conviviales. Et montrez aux voitures qu’elles ne doivent pas oublier les autres usagers (cyclistes, skateurs, cavaliers, etc.).

masse critique à Bruxelles : la vélorution du 11 juillet 2015

Close