Nous sommes au mois de septembre et je viens de finir les vendanges dans le Beaujolais. J’arrive par hasard à Cluny et après des contacts avec l’office de tourisme de la Saône-et-Loire, je propose à (une autre) Julie de me rejoindre pour un long weekend en Saône-et-Loire.

Septembre, c’est déjà la basse saison mais cela n’empêche pas de profiter, en principe, d’une température agréable et d’une longue journée d’ensoleillement. En principe…

Julie est arrivée vendredi midi et est repartie le lundi après-midi. Alors voici ce que ça donne 3-4 jours en Saône-et-Loire, et pour pimenter le tout : uniquement en transport en commun et en stop ! Récit de Julie, qu’on appelle Princess entre nous 😉

Vendredi : De Mâcon à Cluny

Déjeuner et visiter Mâcon au pas de course

J’arrive à la gare de Mâcon vers 13h, puis petit resto, le menu complet Au comptoir des Halles !

au comptoir des halles à mâcon

Après le repas avalé en quarante-cinq minutes, nous rejoignons un guide saisonnier (Robin) pour une visite guidée « Insolite de Mâcon » rien que pour nous deux. On y découvre les petits recoins de la (petite) ville de Mâcon : des traboules (des passages cachés pour relier deux rues parallèles), une maison de bois avec ses statuettes sculptées, Académie de Mâcon contenant des œuvres de Lamartine et sur la façade, une fenêtre en trompe l’œil. Nous empruntons la Promenade Lamartine, le long des quais et partant de l’esplanade où se déroulent, l’été, des concerts sur l’eau.

Bus buscéphale numéro 7 : direction Cluny et sa tour au fromage

On prend ensuite le bus numéro 7 pour Cluny (environ 40 minutes). Arrivés sur place, on monte dans la « Tour au fromage » pour avoir une magnifique vue sur Cluny, sur l’abbaye ainsi que sur les environs. Il vaut mieux ne pas y aller par temps couvert si on veut profiter de la vue !

Après une petite balade dans Cluny, direction le supermarché afin de faire des réserves pour ce soir. On est chargés et le logement se trouve à Jalogny (environ 3 km – avec dénivelé !). Heureusement une voiture nous y dépose après 5 min d’autostop. On finit par une petite soirée tranquille dans un bel appartement qu’une amie de Michel nous a gentiment prêté.

Samedi : Cluny

Le marché de Cluny et la visite en réalité augmentée de l’abbaye

Direction Cluny, à vélo (et ça descend 😉 ), pour aller faire un petit tour au marché de la ville (chaque samedi) et profiter des quelques éclaircies pour parcourir la ville à l’aide d’une tablette tactile à réalité augmentée. Le concept est intéressant car en plus des informations fournies à chaque étape du parcours proposé (historique, architecturale, etc.), l’application « réalité augmentée » permet de se replacer dans une époque ancienne. A Cluny, il est donc possible de visiter des parties de l’abbaye telles quelles étaient au Xème siècle.

Le temps semble se gâter et nous décidons de remonter à Jalogny, à vélo, c’est moins gai la montée sous la pluie ! Finalement, on s’y pose pour le lunch et nous y passons l’après-midi à jouer aux cartes et autres, car l’accrobranche est annulé en raison de la pluie et du vent. Michel ne cesse de me vanner, arguant que j’ai ramené la pluie alors qu’il a fait grand soleil les deux dernières semaines qu’il a passées dans la région.

En soirée, le Bistrot à Cluny !

En soirée, le ciel se dégage et nous décidons de redescendre à pied à Cluny pour y manger un morceau. Par chance, une mère travaillant au cinéma de Cluny et son fils nous prennent rapidement en auto-stop, espérons qu’on aura autant de chance pour le retour ! Michel m’emmène au Bistro, un lieu exigu à la décoration très chargée, on sent que les propriétaires aiment le style des cantines américaines des années 50-60.

le Bistrot à Cluny

Malheureusement pas de voitures sur la route du retour pour remonter à Jalogny. Je lance donc la cadence pour remonter à pied ; c’est plus facile à pied qu’à vélo (enfin pour moi ;-)). Crevés, on ne tarde pas à se coucher : debout tôt demain !

Dimanche : Chalon et Lugny

Bus buscéphale 7 pour Chalon : visite du musée de la photographie Nicéphore-Niépce et bateau

Dimanche, 7h du matin. On se réveille pour préparer nos sacs et descendre prendre le bus à Cluny pour Chalon-sur-Saone. Arrivés plus tôt que prévu, nous prenons de quoi petit déjeuner dans une petite boulangerie bio, le « Pain sur la Table ». La serveuse très sympathique nous met quelques viennoiseries et cafés bien chaud à emporter.

1h20 de bus pour arriver à Chalon Gare. Première étape de la journée : passage éclair au musée (gratuit) de la photographie (Michel a beaucoup apprécié)…

… avant de rejoindre la péniche Delta pour notre croisière « pique-nique » : un repas 4 services nous y attend : entrée, plat, fromage, dessert !

On se balade sur la Saône au son de KATIE MELUA (Ndlr.: Julie est fan) et nous passons faire un tour dans la cabine afin de discuter avec le commandant et certains membres de l’équipage. A table, Nous sommes assis à côté d’un couple de Portugais avec qui, pour passer le temps durant ces 3h de balade, nous jouons à la belote portugaise. Un peu compliqué car les règles sont proches du whist mais pas tout à fait ;-).

Lugny, un village isolé…

Nous nous dirigeons ensuite vers le « village perdu » de Lugny en auto-stop. Ça ne s’annonce pas facile car nous sommes dans un coin décentré. Heureusement, le cuistot du bateau nous rapproche de la grand route afin que nous soyons mieux placés pour commencer notre aventure en stop depuis Chalon. Après 5 minutes, un jeune homme nous transporte jusque Tournus. Il est sympa et travaille dans le nucléaire pour EDF, ça me rappelle quelqu’un 😉 (Ndlr. : le copain de Julie travaille comme consultant dans le domaine de l’énergie).

Arrivés à Tournus, l’auto-stop devient plus compliqué : Lugny semble vraiment isolé ! Finalement après 20-30 minutes, une mère et sa fille nous amènent jusque Chardonnay. Le train de sa fille a été annulé (« vive la SNCF ! ») et sa mère a vu notre panneau lorsqu’elle conduisait sa fille à la gare. En discutant dans la voiture, il semblerait que les femmes travaillant dans le social s’arrêtent plus facilement ; elle est infirmière ; Michel évoque bon nombre de personnes qui travaillent comme éducateurs, infirmiers, enseignants,… et qui sont plus prompts à s’arrêter.

Elles nous déposent donc à Chardonnay. A peine le temps de sortir notre panneau qu’un gentil homme d’une cinquantaine d’années nous embarque. Il connaît bien la région et nous amène directement au domaine viticole. Heureusement car c’est proche de la forêt, assez éloigné de la ville et le ciel devient à nouveau menaçant !

Lugny, pays deculé de Saône-et-Loire

…Lugny, une référence du vin du département

Nous sommes à peine arrivés sur place que le temps se gâte : nous avons tout juste le temps d’admirer la magnifique vue sur la forêt et les alentours qu’offre « Le Clos du Grand Bois ». Nous visitons les « Oeno-tonneaux » et chambres d’hôtes du domaine. Malgré la pluie qui guette et ma claustrophobie, nous choisissons le mode « camping » qu’offrent les (relativement luxueux) tonneaux. Sympa comme expérience malgré les 20m qu’il faut parcourir sous la pluie pour atteindre les toilettes.

En soirée, avant de prendre le repas en compagnie de nos hôtes, Anthony, le propriétaire des lieux nous fait visiter la salle de cuvelage. Il s’agit des 10% d’exploitation privée, les 90 % restants partant à la coopérative. La famille (Anthony, père et mère) est très accueillante et nous passons une agréable soirée à déguster le crémant et les vins de l’exploitation. Nous passons du coq à l’âne, parlant tantôt du domaine, tantôt des voyages de Michel lors de son tour du monde…

Lundi : Un Tournus et puis s’en vont en train

Tournus, sa belle cathédrale sobre et ses environs à vélo électrique

Le lendemain matin, nous déjeunons en compagnie d’un couple d’Allemands qui acceptent gentiment de nous déposer à Tournus sur leur trajet vers Beaune. Arrivés à Tournus, direction l’office du tourisme pour les informations sur ce qu’ils nous ont préparé.

D’abord, visite de la cathédrale / abbaye Saint-Philibert. Magnifique ! Elle est encore bien conservée ; les plafonds très hauts en pierre blanche et rose. La sobriété de l’endroit le rend particulièrement classe (ornements et vitraux).

On va ensuite chercher les vélos électriques, quelle facilité de rouler avec ces engins ! Nous retournons dans le centre de la ville pour aller manger au restaurant « Le Bourgogne » qui nous offre un menu 3 services + boissons. Restaurant typique du coin : le personnel et les propriétaires sont de bons-vivants et ils proposent des produits du terroir.

Afin d’éliminer ce repas copieux, nous repartons à vélo, sous le soleil, direction « La Truchetière ». Petit détour par la réserve naturelle mais pas de « Boulangerie flottante » sur l’eau à cause du mauvais temps… On se redirige alors vers Tournus pour rapporter les vélos, passer à l’office du tourisme et prendre le train pour Chalon.

Un train par heure entre Tournus et Chalon (ou Mâcon)

On prend le train de Tournus à Chalon-sur-Saône mais on se rend compte que mon ticket initial (Chalon-Lyon) me fait repasser par Tournus (Oups !). Bon tant pis, il y a plus de vie à Chalon pour l’attente et Michel peut y prendre un bus pour retourner à Cluny (note de Michel : j’aurais pu prendre le train jusqu’à Mâcon et avoir un bus qui prend 40 minutes :p). On tape la carte en attendant et nos routes se séparent jusque fin septembre/octobre pour son retour au pays.

—-

Remarque : Certaines activités nous ont été offertes mais cela n’altère pas nos propos.

notes personnelles :

  • Merci à Princess qui a écrit l’essentiel du texte, je ne l’ai presque pas retouché. Je pense que j’amènerai plus souvent des amis en voyage 🙂
  • Merci à Rebecca pour nous avoir prêté son appartement en son absence.
  • Merci aux différents offices de tourisme du Département de Saône-et-Loire, à leurs employé(e)s et à leurs partenaires pour leur flexibilité et leur disponibilité en si peu de temps.
Close